Whisky et pistaches

Les juifs, on le sait, sont faibles et innocents, toujours persécutés depuis des lustres sans aucune raison. Ils sont doux comme des agneaux, et ne pensent qu’à oeuvrer pour la paix dans le monde, la paix entre les hommes.

Bon, ça, c’est dans la littérature. Parce que la réalité est parfois un peu différente. Voici un passage intéressant du livre de Michel Warschawski intitulé A Tombeau ouvert, la crise de la société israélienne (La Fabrique, 2003, pages 35, 36). Le texte a été numérisé par http://www.middleeastwatch.net

pleurnich2

“Il faut lire et relire le monologue de Moshé Nissim, publié dans le supplément hebdomadaire du quotidien Yediot Aharonot. Moshé Nissim. que ses compagnons de bataillon appellent “nounours kurde”, a conduit pendant 72 heures d’affilée l’immense bulldozer D-9 qui a détruit tout le centre du camp de réfugiés de Jénine :

“Difficile ? Vous voulez rire. Je voulais tout raser. Lorsque les officiers me donnaient l’ordre de détruire une maison, j’en profitais pour en détruire plusieurs autres. . . Croyez-moi, on n’en a pas détruit assez. Pendant trois jours j’ai rasé, rasé. Toute la place. Je mettais à bas chaque maison d’où on tirait. Pour les mettre à bas, il fallait en détruire chaque fois plusieurs autres. Les soldats avertissaient avec un haut-parleur les habitants pour qu’ils quittent la maison avant que j’intervienne. Mais je n’ai laissé à personne la chance de sortir. Je n’attendais pas… Je donnais à la maisons un coup très fort pour qu’elle s’écroule le plus rapidement possible. D’autres ont peut-être été moins radicaux, ou du moins c’est ce qu’ils disent. Ne croyez pas leurs histoires… Il y avait beaucoup de gens dans les maisons quand on a commencé à les détruire… Je n’ai pas vu de maison tomber sur des gens vivants, mais si tel a été le cas, je m’en fiche. Je suis certain que des gens sont morts dans ces maisons, mais c’était difficile à voir, car il y avait des tonnes de poussière et on a beaucoup travaillé la nuit. J’avais du plaisir à voir les maisons s’écrouler, parce que je sais qu’ils [les Palestiniens] se moquent de la mort, mais la destruction d’une maison leur fait plus mal.

 Juifshass

S’il y a quelque chose qui me fait mal à moi, c’est qu’on n’a pas détruit tout le camp… J’ai eu une grande satisfaction, un vrai plaisir. Je n’arrivais pas à m’arrêter. Je voulais continuer à travailler tout le temps, sans arrêt… Après la fin des combats, on a reçu l’ordre de sortir le D-9, l’armée ne voulait pas que les journalistes et les photographes nous voient à l’oeuvre… Je me suis battu contre eux [les officiers] pour qu’ils me laissent continuer à détruire. J’ai eu un grand plaisir à Jénine. Des tonnes de plaisir. C’était comme si j’avais concentré tous ces dix-huit ans où je n’ai rien fait [à l’armée] en trois jours. Les soldats sont venus me voir et m’ont dit : ‘‘Merci le Kurde merci’’ . Comment Nissim a-t-il tenu trois jours ? ” Vous savez comment j’ai tenu 75 heures d’affilée ? Je ne suis pas descendu du D-9 . Je n’avais aucun problème de fatigue, parce que je n’ai pas arrêté de boire du whisky… J’en avais pris dans mon sac. Tout le monde avait pris des vêtements, mais moi je savais ce qui nous attendait. J’ai pris du whisky et des pistaches. Jénine m’a aidé à oublier mes soucis…”

Quels genres de soucis, Moshé. Avec ton papa ?