Gilles Keppel et le péril islamiste

La-Fracture
Directeur de la chaire Moyen-Orient-Méditerranée à l’Ecole normale supérieure et professeur à Sciences-Po, chroniqueur sur la radio d’Etat France Culture, Gilles Kepel a publié en novembre 2016 « la Fracture », un livre consacré au péril islamiste.
Naturellement, quelques patriotes français tomberont dans le panneau, comme on dit, en pensant avoir affaire à un des leurs. Il n’en est rien. Gilles Keppel est un cosmopolite, convaincu des bienfaits de la société multiculturelle (chez nous, pas en Israël).

Ecoutez-le faire l’apologie de l’immigration :
« Est-il certain que les gens qui affluent en Europe seront seulement un poids et qu’ils aggraveront tout ensemble le chômage, la délinquance, voire le djihad pour certains ? Pourquoi, parmi ceux qui ont accompli le dangereux voyage, certains ne contribueraient-ils pas à l’essor du Vieux Continent ? » (page 59).

Gilles Keppel trouve en effet qu’il n’y a pas assez d’immigrés en France. En région parisienne, les Blancs sont déjà minoritaire, mais ce Keppel n’en a cure, obnubilé qu’il est pas sa religion mondialiste. C’est un thuriféraire du « vivre-ensemble », qui souhaiterait simplement que l’islam devienne aussi inoffensif pour la démocratie que l’est devenue la religion catholique à la sauce Vatican II.

« Comment faire en sorte que les propos tenus dans les mosquées ne se fassent l’écho du dogme salafiste de rupture, mais au contraire transmettent une vision ouverte de la société, qui est du reste celle de l’islam maghrébin traditionnel ? C’est un défi considérable, qui, à terme, s’il n’est pas résolu, menacera la pérennité du vivre-ensemble. » (page 165).

Et encore :
« Les moyens d’action envisagés contre le djihadisme passent par une réorganisation de l’islam de France, à partir du financement d’une structure destinée à distribuer des ressources à cette fin, dont ces élites se disent prêtes à assumer la responsabilité. » (page 230).

En somme, Gilles Keppel fait partie de ces intellectuels cosmopolites, favorables à l’immigration et à la société multiculturelle, “ouverte” et “tolérante”, mais qui s’inquiètent de la montée en puissance d’une frange de la population musulmane qui n’accepte pas de se fondre dans le creuset démocratique occidental et de ses valeurs insurpassables que sont le multiculturalisme, le métissage, le féminisme militant, le consumérisme débridé, l’homosexualité pour tous, la shoah en diffusion permanente, et quelques autres “valeurs de la république ”de moindre importance.

Vous voyez bien qu’il n’y a pas de complot, de la part de ces intellectuels, puisqu’ils nous disent eux-mêmes ce qu’ils souhaitent : une société multiraciale, ouverte à tous les vents, dans laquelle, comme le disait si bien l’ex-président Sarkosy, la notion de “Français de souche” aura disparue.

Ceux qui prétendent que le système républicain travaille à l’islamisation de la société, à la transformation de notre vieille civilisation européenne en société islamique sont donc des charlatans.

S’ils propagent ce discours débile, qui ne correspond pas à la réalité, c’est simplement pour faire du “buzz”, comme on dit, pour faire peur aux petites gens, légitimement inquiets de l’invasion migratoire que nous subissons.

Dans une démarche électorale, cela peut se comprendre. Mais si l’objectif est uniquement de faire chauffer le compteur Youtube, alors on sait que l’on n’a pas affaire à un intellectuel, mais à un vulgaire histrion, comme on en trouve tant sur internet. Hervé Ryssen