1000 pichenettes pour Alain Jakubowicz

Chers amis.

Nous lançons aujourd’hui, vendredi 21 octobre 2016, l’opération “1000 pichenettes pour Alain Jakubowicz”.

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Alain Jakubowicz est le président de la Licra, la Ligue internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme. Cette association s’est donnée pour objectif de traîner systématiquement devant les tribunaux tous les patriotes français qui expriment un peu trop fort leur ras-le-bol de l’immigration et des salopards qui l’encouragent. On y est tous passés : Jean-Marie Le Pen, Éric Zemmour, Dieudonné, Alain Soral, Jérôme Bourbon, Riposte laïque, etc., ainsi que de très nombreux patriotes français qui ont été condamnés à de lourdes amendes à cause de cette association, pour le fait de “provocation à la haine raciale”.

C’est à Alain Jakubowicz, notamment, que je dois mes 17 mois de prison ferme, pour des mots, “rien que des mots”, qui n’ont pas eu l’heur de lui plaire, à lui et à sa petite communauté.

Si vous voulez avoir une idée de ce que pense Alain Jakubowicz, il suffit de lire ce qu’il écrit sur son site internet. Le 5 septembre 2016, il publie un texte consacré à Robert Ménard, le maire de Béziers :

« La France de Ménard est un vrai cauchemar, écrit-il. C’est une France à couleur unique, à religion unique, à pensée unique et à la fin à parti unique. C’est une France qui piétine chaque matin nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. C’est une France qui aime la haine et exècre tout ce qui n’est pas blanc et catholique. C’est une France qui vomit les Lumières, l’universalisme et la République. C’est une France contre-révolutionnaire pétainiste qui fantasme un pays qui n’a jamais existé et qui n’existera – “Dieu soit loué” – jamais. La France de Ménard, c’est l’anti-France tout simplement parce que c’est la négation de la France. »

Il faut bien comprendre que pour Jakubowicz, la vraie France, la France “éternelle” – au moins depuis 1789 – c’est la France multiculturelle, multiethnique, multiraciale et multiconfessionnelle, dans laquelle la communauté juive représente, comme l’a si bien dit le Premier Ministre Manuel Valls, « l’avant-garde de la République ».

alain-jakubowicz-manuel-valls-11d6e

Le 13 octobre 2016, suite à un entretien télévisé entre Marine Le Pen et la journaliste Karine Lemarchand, Alain Jakubowicz compare la présidente du Front national à Adolf Hitler, pas moins : « Elle s’est rendue, encore récemment, à des bals autrichiens organisés par des groupuscules notoirement néonazis… Pour faire de l’audience, certains [journalistes] seraient prêts à nous montrer des vidéos inédites du Fürher faisant des papouilles à son berger allemand. »

Le 7 octobre, il invective Éric Zemmour : un « paranoïaque de l’islamisation de la France », selon lui, qui s’excite « sur le prétendu Grand remplacement ».

Le 18 octobre, il décerne sur Twitter le « prix Nobel de la connerie » au patron de Radio Courtoisie, Henry de Lesquen, qui a “twitté” cette évidence : « C’est parce qu’il était juif que Bob Dylan a eu le prix Nobel de littérature, qu’il ne méritait pas. »

Le 16 septembre, il fustige « l’identité fantasmée d’une France d’Epinal figée dans des racines chrétiennes et nos ancêtres les gaulois. » Pour lui, « la République ne reconnait ni race, ni communauté, ni ethnie, ni indigènes, ni noirs, ni blancs. » (24 août). La France doit être ouverte à tout le monde. 

Il n’y aurait aucune crainte à avoir devant l’afflux des immigrés du Tiers-Monde : « Nous n’avons pas été à la hauteur de notre Histoire et de nos valeurs devant l’arrivée massive de réfugiés, égarés par la guerre et les persécutions. … nous voulons, une France ouverte et fraternelle qui revendique sa tradition de main tendue aux peuples opprimés. » (15 mars 2016).

licra-mairie-de-paris

« Les Français, dit-il encore, ont besoin de se retrouver, d’être ensemble, de se laver les poumons de l’odeur pestilentielle du racisme. » (4 janvier 2014). Il faut éradiquer le « cancer du racisme et de l’antisémitisme » (4 mai 2013).

Et ce salopard a en plus le culot de se revendiquer de l’identité française pour justifier son cosmopolitisme débridé, tout en traitant les patriotes de « traîtres » et de « salauds » pour leurs supposées sympathies pour l’Allemagne hitlérienne (reductio ad hitlerum).

 

Dans l’esprit de Jakubowicz, la vraie France, la seule France, c’est la sienne : celle d’un juif débarqué récemment dans notre pays, qui veut nous imposer l’immigration et le métissage, tout en préservant consciencieusement sa propre race de toute souillure. L’homme est en effet marié à une juive (Gabrielle Edelstein), avec qui il a eu trois enfants, élevés dans les traditions juives, et à qui l’on imagine qu’il a dit et répété à maintes reprises de ne jamais se marier avec des goys afin de conserver le sang précieux du “peuple élu de Dieu”.

Juif athée mais juif quand même, son pays de cœur, c’est évidemment l’État d’Israël, qu’il souhaite sans doute voir s’étendre du Nil à l’Euphrate, sur les décombres de l’Egypte, de la Palestine, de l’Irak et de la Syrie. « Israël demeure une authentique démocratie, la seule de cette région du monde », confie-t-il au journal Libération, le 25 novembre 2001.

 

Dans un article biographique réalisé par Faits & Documents (disponible sur le site ER en date du 14 janvier 2014), on lit ceci : « L’héritier du petit tailleur villeurbannais vit avec sa femme australienne et ses trois enfants dans le 6ème arrondissement de Lyon, dernier carré de la bourgeoisie lyonnaise, passe ses week-end dans son chalet de Megève, roule en Range Rover et Jaguar de collection, fume de barreaux de chaise et ne porte que de seyants costumes trois pièces qui lui valent la réputation d’être l’homme le plus élégant de Lyon.» (Le Monde, 20 avril 2005).

Un agent israélo-israélite de cette envergure devait être décoré par la République française. Et ça n’a pas raté : Jakubowicz est Chevalier de la Légion d’Honneur et Chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

 licra-nkm

Si on le laissait faire, il mettrait tous les patriotes français en prison. Voyez ce qu’il écrit sur son site en date du 1er juillet 2016 : « Les délits d’expression doivent être considérés et traités comme des délits tout court… Nous devons nous protéger autrement, avec fermeté, en faisant de l’incitation et la provocation à la haine raciale des délits de droit commun et réprimés comme tels, en dehors de toute procédure d’exception, au besoin en utilisant la procédure de comparution immédiate. »

C’est-à-dire que pour un mot de travers, lui et ses petits copains pourraient avoir le plaisir de vous voir croupir en prison le soir même.

Le 13 novembre 2013, Alain Jakubowicz avait obtenu du juge des référés de Bobigny la condamnation de la maison d’édition Kontre Kulture. Verdict : interdiction pour antisémitisme du livre de Paul-Éric Blanrue, “Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme”, et censure partielle de quatre autres ouvrages : “La France juive” d’Édouard Drumont, “Le Salut par les juifs” de Léon Bloy (un livre pourtant bien fadasse), “Le Juif international” d’Henry Ford et “La Controverse de Sion” de Douglas Reed.

En cette année 2016, ce petit apprenti dictateur a de surcroît tenté de faire interdire mon livre sur la finance internationale et les grandes escroqueries (Les Milliards d’Israël, 2015). Le livre étant – une fois de plus – accablant pour la secte, le juge des référés n’a pas pris le risque de se couvrir de ridicule en interdisant un ouvrage blindé de références, et encore moins en demandant sa destruction, comme le voulait Jakubowicz dans son acte d’assignation en référé du 17 septembre 2015. Écoutez-cela :

 Print

« La Licra demande au tribunal d’ordonner l’interdiction, la saisie et la mise au pilon des exemplaires disponibles de l’ouvrage intitulé “Les Milliards d’Israël”. (page 3).

Et encore : « … Dès lors, il s’agit de faire purement et simplement interdire cet ouvrage et le retirer définitivement de la vente. Ne pas ordonner une telle sanction reviendrait à autoriser l’accès à un livre dangereux pour notre société, causant un trouble manifestement illicite. » (page 9). 

« La Licra est une “sentinelle de la société”. C’est la raison pour laquelle elle est légitime à solliciter la condamnation de M. Hervé LALIN dit RYSSEN à la somme de 20 000 € à titre de dommages et intérêts. Par ailleurs, dans le cadre de la présente instance, la Licra a dû engager des frais pour la défense de ses intérêts. Elle sollicite donc qu’au titre 700 du code de procédure civile, que M. Hervé LALIN dit RYSSEN soit condamné à lui verser la somme de 15 000 €. »

Il ne manque pas d’air, le Jakubowicz !

Alain Jakubowicz a porté l’affaire en appel, et là aussi, on lui a fait comprendre qu’il poussait peut-être le bouchon un peu loin, qu’on était en France, et pas en Albanie en 1954.

Je pense qu’il a maintenant compris que le seul moyen de me faire condamner était sur des “petites phrases”, et devant les juges de la 17e chambre correctionnelle de Paris, dont on connaît la docilité au pouvoir en place.

Pour vous donner une idée de l’infernal esprit de suite de ces gens-là, je soumets à votre jugement quelques phrases d’un écrivain français, Roger Gougenot des Mousseaux, que nous avons déjà citées dans notre livre sur le Fanatisme, en 2007, et qui sont d’une étrange actualité :

« Singulière audace, en vérité, que l’audace du Juif, qui… lève la main non seulement contre la liberté de la presse, mais contre la liberté même de l’histoire, aussitôt qu’il y sent des pointes qui le blessent… Qui ne le prendrait pour une innocente victime ? Il se plaint, gémit, soupire, se lamente, et mêle aux cris de la douleur les cris de la fureur ; il remplit, il étourdit le monde d’incriminations… Il double ses supplications de l’insolence de ses menaces ; il appelle à lui pour le soutenir ses compatriotes du dehors ; il exige, en invoquant ce qu’il appelle ses droits, l’intervention des peuples étrangers… Il traite leurs princes de puissance à puissance ; il leur parle du ton que se permet le supérieur en s’adressant au subordonné dont l’obéissance hésite ; il ose, à la face de l’Europe libérale, il ose les sommer de briser à son profit la liberté de la presse et la liberté de la tribune. » (Roger Gougenot des Mousseaux, Le Juif, le judaïsme et la judaïsation des peuples chrétiens, Plon, Paris, 1869, 2e édition, 1886, pp. 21, 456. Citée dans Le Fanatisme juif, page 191).

Chers amis,

Afin de donner une leçon à cet histrion cosmopolite, nous sommes en train de réaliser une version anglaise de notre documentaire SATAN À HOLLYWOOD, qui est sans doute le meilleur vecteur pour faire comprendre au plus grand nombre que les intellectuels de cette communauté, non seulement ne sont pas tous et toujours innocents, mais qu’ils peuvent même être ultra-agressifs à l’encontre des “goys”.

Pour finaliser la traduction (une soixantaine de page A4), et le travail de montage vidéo, nous proposons aux lecteurs de nos livres ainsi qu’aux internautes de participer au projet, en le finançant à hauteur de 1000 euros.

Vous considérerez que chaque euro donné est une pichenette dans la face d’Alain Jakubowicz : une pichenette sur son œil, une pichenette sur son nez, une pichenette sur son front, une pichenette sur sa bouche, etc. Ce n’est évidemment qu’une image, pour dire notre dégoût de cet odieux personnage.

Si l’opération est menée à son terme, et si le financement va au-delà de nos espérances, on réalisera alors une version en espagnol, puis une autre en italien, et une autre en russe, en serbo-croate, etc.

Ces versions seront mises en ligne et disponibles gratuitement sur internet, pour que tous les goys, sur cette terre, puissent comprendre la nature du problème. Ne pensez pas que c’est injuste : qu’il n’est pas juste que le public français soit obligé de payer le livre/DVD, alors que les étrangers y auront accès gratuitement. Pensez plutôt que c’est grâce à vous, grâce aux patriotes français, que les Anglo-saxons, les Espagnols, les Russes et tous les autres pourront découvrir ce documentaire.

 Vous pouvez envoyer vos dons en cliquant sur ce lien.

Opération “1000 pichenettes pour Jakubowicz ».

Merci à tous de votre confiance.

Hervé Ryssen