Cette stupide fascination pour les juifs

ultra-Orthodox1_3Ce jeudi 21 janvier 2016, le site patriotard Boulevard Voltaire publiait un article d’une certaine “Hildegard von Hessen am Rhein” intitulé “Le coup de maître du Kremlin”.

Ce qu’on peut y lire est assez ahurissant de bêtise pour toute personne qui connaît le problème. Attention, accrochez-vous :

“Les juifs sont désormais attaqués, abattus comme des chiens, dans les écoles, leurs commerces, dans la rue, par surprise lorsqu’il s’agit d’une confrontation individuelle et, dernièrement, à nouveau dans une école à Marseille.”

Imaginez qu’une personne lise cette phrase, disons en l’an 2070, dans 60 ans. Que pensera-t-elle ? Eh bien que les juifs, dans la France de 2016, devaient se terrer dans les caves pour pouvoir survivre ! 

… Alors que dans la réalité, on les voit plutôt sur tous les plateaux de télé et dans les ministères !

Mais poursuivons…

Adolf_on_a_beaucoup_souffert

La belle Hildegard n’oublie pas “les Français juifs qui font par milliers leur alya. Ces forces vives, écrit-elle, éduquées, d’une culture générale très complète, des diplômés, quittent l’Europe pour Israël, le seul pays qu’ils pensent être le leur à juste titre. Ils appauvrissent considérablement la France et l’Europe par leur départ.”

Certes, les juifs savent que leur vrai pays est l’État d’Israël, le pays des juifs. C’est bien de le reconnaître. Certes, ils sont souvent plus cultivés, que les musulmans, et aussi que les goys de souche. Mais que leur départ appauvrissent la France, cela reste à démontrer, d’autant que la plupart reviennent !

Il faut donc croire aussi, avec “Hildegard von Hessen am Rhein”, que ces juifs, appelés par Moscou, vont enrichir la Russie :

“Le maître du Kremlin vient de jouer un coup de maître en appelant les juifs d’Europe à rejoindre la Russie. Cette Russie, cultivée, créative, courageuse, gourmande de cerveaux, qui a repris sa place sur la scène mondiale. Cette Russie, à laquelle le président Poutine a rendu sa fierté. Cette Russie aux grands espaces, qui ne demande qu’à être peuplée de populations courageuses, ambitieuses, intelligentes et créatives.”

C’est oublier un peu vite que les juifs sont déjà fort nombreux en Russie, qu’ils l’étaient davantage avant 1917, et qu’à partir de cette date, ils renversèrent le tsar, prirent le pouvoir, et exterminèrent pas moins de trente millions de chrétiens. Et si Poutine a lancé cet appel, c’est qu’il sait pertinemment que les juifs préfèrent mille fois être à Paris, à Londres, à New York ou à Miami, que dans une Russie fermement dirigée par un patriote russe.

On rappellera aussi à cette “Hildegard von Hessen am Rhein” que la Russie tsariste était pour les juifs, en 1917, le pays à abattre, pour la simple et bonne raison que s’ils y détenaient le pouvoir économique, le pouvoir politique, en revanche, leur était hostile. Et les tsars savaient depuis longtemps à quoi s’en tenir à leur sujet.

Yvan le terribleSous le règne d’Ivan le Terrible, au XVe siècle, l’entrée en Russie fut interdite aux marchands israélites. Quand, en 1550, le roi polonais Sigismond-Auguste demanda que le libre accès à la Russie leur fût de nouveau accordé, le tsar Ivan opposa un refus en ces termes :

« A propos de ce que tu nous écris pour ce que nous permettions à tes juifs l’entrée dans nos terres, nous t’avons écrit déjà à plusieurs reprises, te parlant des vilaines actions des juifs, qui détournaient nos gens du Christ, introduisaient dans notre État des drogues empoisonnées, et causaient bien du mal à nos gens. Tu devrais avoir honte, notre frère, de nous écrire à leur sujet, tout en connaissant leurs méfaits. Dans les autres États aussi, ils ont fait bien du mal, et pour cela ont été expulsés ou mis à mort. Nous ne pouvons pas permettre aux juifs de venir dans notre État, car nous ne voulons pas y voir le mal ; nous ne voulons que Dieu permette aux gens de notre pays de vivre dans le calme, sans trouble aucun. Et toi, notre frère, tu ne devrais plus, à l’avenir, nous écrire à propos des juifs. »

Pierre le GrandLes successeurs d’Ivan le Terrible se méfièrent tout autant. Un siècle et demi plus tard, Pierre le Grand, qui avait pourtant invité les étrangers de valeur à venir en Russie, avait émis dans son Manifeste une réserve visant les Juifs : « Je veux voir chez moi plutôt des mahométans et des païens que des Juifs. Ce sont des filous et des dupeurs. J’extirpe le mal, je ne le propage pas ; il n’y aura pour eux en Russie ni logement ni commerce, malgré tous leurs efforts et les tentatives pour soudoyer mon entourage. » (Je cite les références dans La Mafia juive, 2008)

 

 

 

 

 

 

Dans les territoires conquis par Pierre le Grand, en Ukraine, Catherine Ier, qui lui succéda, avait publié l’édit suivant : « Les Juifs de sexe masculin et ceux de sexe féminin qui se trouvent en Ukraine, et en d’autres villes russes, sont tous à expulser immédiatement, hors des frontières de la Russie. On ne les admettra dorénavant en Russie sous aucun prétexte, et on y veillera sévèrement en tous endroits. »

Catherine_I_-c_1724_-2

Telles furent les origines de la fameuse « zone de résidence », qui confina les juifs de l’Empire dans la périphérie occidentale, et ce, jusqu’à la révolution de février 1917.

Les révolutionnaires juifs prirent ensuite le pouvoir et, on le répète, exterminèrent trente millions de chrétiens, en l’espace d’une trentaine d’années. Grâce aux juifs, pourrait-on dire avec “Hildegard von Hessen am Rhein”, la terre russe fut considérablement enrichie.

Hervé Ryssen